Actualités

Le goût du progrès

Stefan Hohm a pris la fonction de Chief Development Officer (CDO) chez DACHSER en janvier 2021.

Stefan Hohm a pris la fonction de Chief Development Officer (CDO) chez DACHSER en janvier 2021. Il est désormais responsable de la nouvelle unité exécutive IT & Development (ITD), en charge de la recherche et du développement, des sujets d'innovation, de l'informatique, de la logistique contractuelle et des solutions industrielles globales. Âgé de 48 ans, il a commencé sa carrière dans l'entreprise par une formation en alternance en 1992. Aujourd'hui, presque trente ans plus tard, il est toujours aussi enthousiaste, énergique et passionné par DACHSER et la logistique. Nous l'avons interviewé pour découvrir quels évènements ont marqué sa carrière et comment vit-il ses nouvelles responsabilités en tant que membre de la direction.

M. Hohm, votre père avait sa propre entreprise de transport. Est-ce cela qui vous a incité à poursuivre une carrière dans la logistique et à postuler à une formation en alternance chez DACHSER ?

Pas vraiment, c'était plutôt une coïncidence, même si, avec le recul, cela correspond bien sûr à mon CV. Mon père m'a toujours dit que je devais d'abord apprendre ce qu'il appelait une "bonne" profession. C'est pourquoi il n'a jamais été question que je travaille directement pour lui, ni même que je reprenne l'entreprise. J'ai d'abord pensé à étudier les mathématiques, puis mon camarade de chambre à l'armée m'a dit qu'il avait commencé chez DACHSER. J'ai envoyé ma candidature - la première et la dernière que j'ai écrite - et j'ai été accepté.

Comment s'est déroulée votre carrière chez DACHSER ?

Après mes études, j'ai travaillé pendant huit ans dans le service de conseil en logistique à Munich, connu aujourd'hui sous le nom de Corporate Contract Logistics. J'étais responsable du développement et du déploiement du logiciel de gestion d'entrepôt MIKADO, mission que j'ai poursuivie en tant que chef de service à partir de 1999. À l'époque, j'ai passé beaucoup de temps à visiter nos agences à travers l'Europe et j'ai appris à bien connaître DACHSER. En 2004, à l'âge relativement jeune de 32 ans, j'ai eu l'occasion de prendre la direction de la filiale d'Erfurt. J'ai pris beaucoup de plaisir à développer cette agence et peu de temps après, en 2008, on m'a proposé de prendre la direction de l'agence de Hof. Hof était quatre fois plus grande qu'Erfurt et présentait de nouveaux défis que j'ai été ravi de relever. Au moment où j'ai pris mes fonctions, la crise économique a éclaté, mais nous avons réussi à la surmonter en équipe. Je suis resté à Hof jusqu'à la fin de l'année 2015, avant de retourner au siège de Kempten pour mettre en place l'unité Corporate Solutions, Research & Development.

On m'a ensuite offert la possibilité de faire un Executive MBA à l'IMD de Lausanne, en Suisse. C'était un grand pas pour moi, et suivre mes études tout en travaillant comme directeur d’agence a été un véritable test d'endurance. Avec le recul, je décrirais cette période comme une sorte de test décisif pour mon poste actuel au sein du conseil d'administration. Revenir au siège social et assumer le nouveau rôle de directeur d'entreprise, à un moment où DACHSER se restructurait en tant que société publique européenne, s'est avéré être la bonne décision au bon moment.

Vous aviez déjà pour ambition d’accéder au Conseil exécutif ?

Je n'ai jamais ressenti le besoin impérieux de gravir à tout prix les échelons de la hiérarchie professionnelle. Mais je suis incroyablement ambitieux, surtout lorsqu'il s'agit d'atteindre les objectifs que je me fixe. Je n'ai jamais cherché à devenir membre du bureau exécutif en tant que tel, mais j'ai toujours eu envie de relever de nouveaux défis, d'initier des changements et de faire avancer les choses. Heureusement, je n'ai jamais eu à chercher bien loin ; les bonnes opportunités se sont toujours présentées à moi et, bien sûr, j'ai eu la chance d'être stimulé et soutenu dès le début de ma carrière. À cet égard, je décrirais mon parcours pour devenir membre du comité exécutif comme un voyage continu.

Interview with: Stefan Hohm

Stefan Hohm est Chief Development Officer (CDO) chez DACHSER 

Quelle est la première chose que vous voulez faire en tant que CDO chez DACHSER ?

D'une part, il est important pour moi que nous, la nouvelle unité exécutive de la DTI, trouvions notre propre identité et soyons soudés en tant qu'unité. D'autre part, nous devons maintenir un équilibre et veiller à ne pas développer une mentalité de silo. Il est essentiel que l'unité exécutive de la DTI travaille main dans la main avec les domaines d'activité, les autres unités exécutives, et surtout avec les agences. Nous devons aligner notre propre identité et notre collaboration intégrée avec les autres d'une manière qui nous permette en fin de compte d'apporter une valeur ajoutée à DACHSER dans son ensemble.

Comment la crise du coronavirus affecte-t-elle votre travail en tant que membre du Conseil exécutif pour l'informatique et le développement ?

L'année écoulée a certainement fait avancer la digitalisation. En février 2020, DACHSER a organisé un total de 400 réunions WebEx. En novembre, ce chiffre était passé à 28 000. Nous avions plus de 5 000 employés travaillant à distance au début de l'année 2021. Non seulement cela représente un défi en termes de bande passante, d'équipements informatiques et de sécurité, mais cela transforme également la manière dont nous travaillons et, surtout, dont nous collaborons. Sur le plan informatique, la pandémie nous a obligés à tester de nombreuses choses qui étaient encore en développement. Cela a également eu des effets positifs.

Si l'on se place du point de vue de nos clients, la crise du coronavirus a certainement stimulé les concepts de vente omnicanale. Les magasins de bricolage, en particulier, se sont beaucoup réinventés, et nous, en tant que prestataires logistiques, suivons le mouvement.

Innovation, digitalisation, nouvelles technologies, autant de mots à la mode qui vous accompagnent et vous guident dans votre travail quotidien. Dans le privé, êtes-vous à l'aise avec les technologies ?

Je dirais que je suis plutôt féru de technologie. J'aime suivre toutes les dernières innovations sur le marché et j'essaie d'intégrer ces assistants numériques dans ma vie privée chaque fois que cela a un sens. Pour moi, cela va de pair avec le maintien d'un bon niveau de connaissances, et bien sûr, c'est amusant d'essayer de nouvelles choses. 

Merci de nous avoir accordé cette interview.

Contact Lou-Edel Bellaton